Estime de soi Hygiène de vie

COMPRENDRE SES CRAQUAGES ALIMENTAIRES

Aujourd’hui, j’avais envie de vous écrire un article sur la bienveillance face aux grignotages. Trop souvent, j’ai constaté, à travers mon propre rapport à la nourriture, et aussi en observant celui de mon entourage personnel et professionnel, qu’on culpabilisait de certaines envies alimentaires, voire de certains craquages. Hors, si on prend un peu recul sur tout cela, on constate vite que ces envies de grignotages et ces craquages sont en réalité des signaux. Ils nous indiquent un dysfonctionnement dans notre hygiène de vie ou dans notre rapport à la nourriture. Et, à travers tout cela, j’avais envie qu’on les comprenne mieux, car, c’est lorsqu’on met du sens sur ce qu’il nous arrive, qu’il nous est plus facile d’accepter ce que l’on vit et d’aller de l’avant. C’est aussi une manière de faire preuve de plus de bienveillance envers soi-même et ainsi de vivre une vie plus sereine et plus épanouissante. Sur ce, voici donc les différentes raisons qui nous éloignent d’une nutrition à la fois saine et plaisante :

Quand j’ai une envie de grignoter, c’est la toute première question que je me pose : « Est-ce que j’ai bu assez d’eau ? ».

PRÉCÉDENT ARTICLE : Veiller à son hydratation

Dans ce précédent article, je vous partageais entre autre chose que la déshydratation pouvait s’exprimer par une envie de grignoter. Cela s’explique grossièrement par le fait que la soif est en recherche d’eau et ce, même par le biais de la nourriture. Sauf qu’une fois que l’envie de grignoter est présente, on est généralement plus focalisé sur cette envie alimentaire qui survient que sur sa véritable cause : l’envie de se réhydrater.

Pour ma part, c’est devenu un automatisme maintenant, quand je sais que j’ai bien mangé, en quantité et en qualité, et qu’il n’est pas encore une heure raisonnable pour moi d’avoir à nouveau faim. Je m’interroge sur ma soif et même maintenant, je vais directement boire un bon verre d’eau. C’est une petite astuce utile à connaître aussi pour vous aidez à faire passer l’envie de grignoter, quand vous savez que vous mangez tout de suite après. Cela aide à patienter le temps d’un petit quart d’heure en attendant que le repas soit prêt.

Après la soif, il arrive souvent que l’on est envie de grignoter tout simplement parce qu’on ne se nourrit pas assez : par manque d’appétit, d’argent, de temps, d’organisation, d’écoute et/ou d’affirmation de soi ou alors dans le cadre d’un objectif de perte de poids stratégique et encadré impliquant un régime hypo-calorique.

Quoi qu’il en soit, chaque humain est différent et a ses propres besoins. Mais parfois, la vie quotidienne et ses responsabilités ne permettent pas de les écouter et de les respecter. Entre le travail, les études ou celles des enfants, la durée du temps de repas et sa qualité (en terme de tranquillité ou d’interruptions), les tâches administratifs, les loisirs, la vie sociale, les temps de repos, etc. ; ce n’est pas toujours évidemment de trouver plusieurs créneaux dans sa journée sur lesquels répartir ses repas en quantité raisonnable. Mais il est quand même possible d’y arriver.

La première étape consiste à se rendre compte qu’on ne mange pas assez pour soi. Encore une fois, on est tous différents et on a pas forcément les mêmes besoins que son ou sa partenaire, sa famille, ses amis ou ses collègues. Donc : observation et écoute de soi dans un premier temps. Puis, il faut prendre le temps de trouver des solutions (astuces organisationnelles, économiques, travail sur soi pour plus d’observation et d’affirmation de soi, …) afin de les mettre en place.

Pour moi, le plus dur à modifier a été l’écoute et l’affirmation de soi. Pendant très longtemps, j’ai donné la priorité à mon travail, plutôt qu’à ma santé et mon hygiène de vie. Mais j’ai vite compris, à force d’expériences, que si ma santé était bancale, ma vie professionnelle le serait tout aussi rapidement. Alors, aujourd’hui, j’ai appris à me donner la priorité. Au travail, je préfère prendre juste une minute à manger ma collation plus tôt que la pause ne me l’autorise, mais m’être rechargée les batteries et avoir les moyens de me donner à fond pendant les 45 minutes restantes avant ma pause, plutôt que d’être fatiguée, déconcentrée, vaseuse, et surtout moyenne professionnellement. Et pour ceux qui critiquent ce choix, j’ai décidé que c’était leur vision des choses, pas la mienne. Ma santé est importante, quoi que quiconque en dise, et aujourd’hui j’ai suffisant de capacité à m’affirmer pour la défendre coûte que coûte. Ca m’a prit du temps d’apprendre à m’affirmer, et cela ne m’a pas attiré que des avantages. Mais à long terme, avec une santé correcte et une énergie optimale, je me sens gagnante sur plusieurs plans.

On a parlé de quantité, parlons de qualité à présent !

Notre corps a besoin d’aliments de qualité pour fonctionner au mieux. Ce sont ceux qui sont les plus naturels et les moins transformés possibles : les légumes, les fruits, les poissons, les viandes, les oeufs, les légumineux, les féculents, les oléagineux, les graines, les huiles végétales, les produits laitiers, les épices.

Ce que l’on peut prendre pour des envies de grignotage est peut-être tout simplement votre corps qui vous exprime son besoin en nutriments. Si vous avez tendance à consommer trop souvent de la junk-food ou des plats préparés, alors il y a des chances que vous soyez dans ce cas. À l’inverse, si vous faîtes des régimes faisant la guerres aux lipides et aux glucides, vous allez vite vous retrouvez dénutri et être sujet aussi aux craquages et à l’effet yoyo. Donc évitez les régimes draconiens et dans l’idéal, misez sur un rééquilibrage alimentaire riche en nutriments et en fibres, intégrant également les aliments plaisirs à petite dose pour garder un rapport sain avec la nourriture !

La fatigue, maintenant !

Elle peut être causé par un sommeil de mauvaise qualité, une activité physique trop intense ou une nutrition insuffisante en calories ou en nutriments. Et cette fatigue peut avoir pour conséquences d’influencer grandement le reste de notre hygiène de vie.

Si votre corps est fatigué, il va ressentir le besoin d’avoir d’un shoot d’énergie pour lui permettre de tenir le coup. L’envie de grignoter va alors intervenir à toute heure de la journée. Et dans la fatigue, il n’est pas toujours évidents de prendre les bonnes décisions et de privilégier des aliments nutritifs aux aliments plaisirs gras, salé et sucré. Privilégiez donc un sommeil de qualité le plus souvent possible et n’hésitez pas à faire des siestes si cela vous est nécessaire ! Cela vous évitera plusieurs fringales malencontreuses en journée.

Eh oui, l’organisation !

La vaisselle en retard qui traîne dans l’évier, la gamelle oubliée dans le frigo ou non-préparée la veille, quelques aliments essentiels mais absents de la liste de course, des dates de péremption non vérifiées à temps, … Tout un tas de petits détails qui jouent sur la bonne organisation de la préparation et la prise de vos repas dans la semaine et donc sur votre hygiène de vie.

Je ne sais pas vous mais moi, je suis la reine des têtes en l’air (ou de l’auto-sabotage selon le point de vue de chacun). C’est pour cela que j’ai choisi de faire de l’organisation de ma vie ma seconde thématique à aborder sur ce blog.

En effet, l’organisation a plein de vertus, entre autre chose, le fait de nous faire gagner du temps et nous éviter tout le poids de la charge mentale des tâches quotidiennes à réaliser. Elle peut-être notre pire fléau ou notre meilleure amie selon la direction prise. Alors n’hésitez de temps à autres à vous poser et vous interrogez si il y aurait des modifications à accorder à votre environnement et à vos habitudes.

Finissons maintenant avec ce fameux dernier point. Vous savez, l’envie de grignoter pour combler un vide, faire passer l’ennui, apporter plus de plaisir à sa vie. Et ce, quotidiennement, et à la fin de manière compulsive. C’est ce que l’on appelle être dans une alimentation émotionnelle. J’en parle plus en détails dans mon dernier article juste ici :

PRÉCÉDENT ARTICLE : Trouver son équilibre alimentaire et émotionnel / #témoignage

Cette alimentation trouve en fait son origine dans l’estime de soi. Pour en sortir, il nécessite la volonté de reprendre sa vie en main et revoir son rapport à la nourriture, mais aussi à sa vie toute entière. C’est une démarche pas évidente à réaliser seule, et je vous encourage vivement à en parlez à votre médecin si vous êtes concerné afin qu’il puisse vous orientez vers la meilleure voie à suivre. La guérison peut prendre du temps, mais cela en vaut la peine !

Vous l’aurez donc compris, le but ici n’est pas de diaboliser ses envies de grignotages et ces craquages alimentaires, mais bien d’en comprendre la cause. Ainsi, une fois le problème identifié, il ne reste plus qu’à en modifier la cause, les croyances et les habitudes qui les provoquent.

Je n’ai pas abordé le sujet de l’addiction au sucre car c’est un sujet que je veux aborder plus en détails dans un prochain article à part entière.

Si vous souhaitez allez encore plus loin à ce sujet, je vous invite à écouter les conseils de la nutritionniste québécoise Cynthia Marcotte, au sujet de la sensation de faim et satiété :

Et maintenant, dîtes-moi, êtes-vous aussi sujet aux grignotages ? Comment réagissez-vous face à cela ?

Dans l’attente de vos réponses, je vous embrasse et vous dis à très vite,
XO, A.R.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top