Hygiène de vie

RÉAJUSTER SES OBJECTIFS #hygiènedevie – Novembre 2020

Voilà maintenant quelques semaines que je me suis posée une série d’objectifs autour de mon hygiène de vie, et particulièrement mon alimentation :

♦ Manger des repas complets à chaque repas (VPO – féculent – légumes / légumineux – féculent – légumes)
♦ Doubler ma portion de légumes
♦ Manger un fruit par jour
♦ Manger végétarien le soir
♦ Me faire plus de plaisirs (20%) au quotidien tout en maintenant des aliments sains pour éviter les craquages et de repartir vers une alimentation émotionnelle
♦ Arrêter les fast-food à emporter de mauvaise qualité autant au niveau santé, économique et écologique, et privilégier des plats cuisinés maison et une fois de temps me faire un burger ou une pizza d’un bon restaurant
♦ M’organiser pour ne sauter aucun repas et prévoir des collations avec moi
♦ Prendre le temps de bien mastiquer mes aliments quand je mange mes repas seule chez moi

Et, en ce temps de confinement, je me disais qu’il était opportun d’en profiter pour se poser et faire le point sur chacun d’entre eux. En effet, en l’espace quelques semaines, je me suis rendue compte que certains avait été facile à appliquer, d’autres moins. Et d’autres encore ont été appliqués progressivement, mais m’ont apporté des inconvénients devant lesquels j’ai eu le mauvais réflexe de baisser les bras au lieu de réajuster mes actions pour éviter ses inconvénients. Mais, vous connaissez le dicton, ce qui compte, ce n’est pas de ne pas chuter, mais de comprendre pourquoi on a chuté et de savoir se relever après chaque chute.

Donc, sur ce, aujourd’hui, reprenons un à un chacun de ces objectifs et voyons comment on peut les réajuster pour rester motivé et les atteindre. C’est parti !

Pour reprendre mes objectifs, je me suis appuyée sur les conseils donnés dans cette vidéo :

Vidéo « Comment enfin atteindre ses objectifs ? » de la chaîne « David Laroche FR »

David et Julie, ici présents, s’interrogent sur « Comment atteindre ses objectifs quand au bout d’un mois on abandonne ? », ou encore la raison pour laquelle on se démotive dans l’atteinte d’un objectif. Je vous ai résumé juste ci-dessous les quatorze pistes qu’ils énumèrent pour garder la motivation à passer à l’action tout en ajustant son objectif pour qu’il soit plus en accord avec sa personnalité et ainsi favoriser son atteinte sur le long terme :

– Se féliciter tout d’abord de s’être fixé un objectif et d’être passé à l’action pendant déjà un temps donné (même si ce n’est qu’un mois)

– Accepter que l’on se connait bien qu’à force d’actions et d’expériences et que l’objectif initial n’était peut-être pas assez en accord avec sa véritable personnalité (influencée par conformisme à nos proches ou à la société) et qu’il faut le modifier pour s’en rapprocher

– Ajuster l’objectif à des valeurs encore plus proches de soi

– Ajuster la date butoir ou l’intensité de l’objectif pour qu’il soit plus facilement atteignable et motivant pour la suite, et faire taire les doutes (« si ça se trouve ça te plaira pas et tu fais tout cela pour rien ») car c’est sur un court terme (une semaine, un mois, …)

– Revoir ses associations plaisirs-douleurs et associer du plaisir plutôt que de la douleur aux efforts à fournir (et inversement pour l’abandon et l’inaction)

– Accepter que l’objectif n’est peut-être qu’un fantasme mais qu’en réalité on ne veut pas de cela, d’où l’intérêt de tester sur une période courte mais suffisamment longue pour constater des résultats et voir si ça nous correspond vraiment et si on y trouve du plaisir et des bénéfices en chemin

– Se concentrer sur ce que je peux contrôler (mes décisions, les objectifs que je choisi d’avoir, mes actions) et pas sur le reste (mes doutes, la critique, …)

– Se lever le matin en se focalisant sur ses objectifs et les raisons importantes pour lesquelles je souhaite le réaliser

– Alimenter sa détermination avec des boosts de motivations externes en lien avec son objectif : regarder une photo ou une vidéo, lire une biographie, regarder un reportage, rencontrer et échanger des personnes dans ce domaine

– Modifier un ou deux éléments de son passage à l’action pour faciliter la mise en œuvre de cet objectif et son atteinte

– Accepter que l’objectif est peut-être le bon mais qu’on n’a pas encore trouver la méthode pour le mettre en place

– Accepter que ce qui compte ce n’est pas de ne jamais tomber mais de se demander combien de temps on met pour se relever et se remettre en action

– Faire la différence entre PLAISIR À COURT TERME consommable et distrayant (nourriture, séries, jeux, …) qui répété amène un sentiment de vide intérieur et ÉPANOUISSEMENT PERSONNEL lié l’expression et au dépassement de soi que l’on retrouve dans les objectifs que l’on se donne et qui amène un sentiment de sérénité et d’accomplissement de soi

– Accepter que l’inconfort est inévitable, qu’il sera présent dans votre vie à court terme (objectifs et dépassement de soi) ou à long terme (inaction, routine, régression, regrets) et que c’est soi-même qui choisit l’inconfort qu’il aura dans sa vie

Maintenant que nous avons des pistes pour réajuster ses objectifs, voyons ensemble comment les mettre en pratique :

♦ Manger des repas complets à chaque repas (VPO – féculent – légumes / légumineux – féculent – légumes)
Etat de l’objectif : VALIDÉ puis ABANDONNÉ
Points positifs : J’étais contente de moi de prendre soin de ma santé à long terme et de donner à mon corps tous les nutriments dont il a besoin.
Points négatifs :
– J’ai mangé des aliments très sains mais j’ai mal dosé mes quantités (trop grosses portions), ce qui m’a fait prendre un tout petit peu de poids, avec un ventre plutôt gonflé, et me sentir beaucoup bien dans mes vêtements et dans mon corps.
– Suite à cette petite prise de poids, j’ai vite retrouvé mes vieux et mauvais réflexes (celle des troubles du comportement alimentaire, et la fameuse peur de grossir) et j’ai arrêté cette bonne habitude de manger des repas complets sains riches en nutriments au lieu de réajuster la quantité de mes portions.
Ressources :
– Ma capacité à prendre du recul, à travailler sur mes croyances négatives et à réajuster au bout d’un temps mes mauvais comportements
– Mes connaissances en nutrition, mes livres à ce sujet et une super nutritionniste à contacter si nécessité de refaire un point
ACTIONS À METTRE EN PLACE :
– Reprendre cette bonne habitude de manger des repas complets sains riches en nutriments en diminuant mes portions pour retrouver un poids confortable et stable

♦ Doubler ma portion de légumes
Etat de l’objectif : EN COURS
Points positifs : J’ai réussi à doubler ma portion de légumes que j’aime (tomates et champignons).
Points négatifs : J’ai un caractère difficile au niveau alimentaire. Cela fait que je mange régulièrement toujours les mêmes aliments (tomates et champignons) et que j’ai tendance à délaisser dans mon frigo les autres légumes que j’avais acheté pour essayer de varier mon alimentation. Et ce reflexe de toujours consommé les mêmes aliments commencent vraiment à me frustrer car, d’une part, je ne supporte ce gaspillage pour des raisons écologiques et humanitaires, et d’autres part, cela m’amènent petit à petit à une lassitude de manger toujours les mêmes plats et au risque de retourner dans un autre vieux travers : celui de se faire plaisir qu’avec de la nourriture trop grasse, trop sucrée, trop salée, à outrance.
Ressources :
– Mes expériences passées à tenir un planning de repas hebdomadaire qui s’est révélée positive dans l’évitement du gaspillage alimentaire
– Le confinement actuel qui me permet de passer plus de temps chez soi et d’éviter les sorties et donc les repas spontanés et non planifiés style fast-food
Influences positives :
– Mes amies, mes parents, mon oncle et ma tante, et mes grand-parents qui mangent des légumes à chaque repas
ACTIONS À METTRE EN PLACE :
– Choisir 2 légumes à intégrer à mon alimentation quotidienne, en plus des tomates et des champignons, faciles à conserver pour éviter le gaspillage et me concentrer ce mois-ci que sur l’intégration de ces deux-là : carottes (en soupe) et poivrons

♦ Manger un fruit par jour
Etat de l’objectif : COMMENCÉ puis OUBLIÉ
Points négatifs :
– Cela ne fait partit de mes habitudes de consommer des fruits quotidiennement.
– Pour être honnête, je me suis posée beaucoup d’objectifs au niveau alimentaires et cela m’est compliqué de me concentrer sur tous, du coup je n’ai pas donné d’attention celui-là ces dernières semaines.
ACTIONS À METTRE EN PLACE :
– Remettre cet objectif à plus tard et me concentrer sur les autres pour le moment

♦ Manger végétarien le soir
Etat de l’objectif : VALIDÉ
Points positifs :
– À ma grande surprise, il m’a été très facile de mettre en place cette nouvelle habitude (sûrement, parce que pendant les années précédentes, je m’étais donné comme objectif de goûter des plats végétarien puis d’instaurer un puis deux repas végétariens dans mes repas de la semaine).
– Je constate une meilleure digestion le soir à manger végétarien, et je préfère maintenant laisser la viande et le poisson à mes repas du midi. Et qui dit meilleure digestion dit aussi meilleur sommeil, et ça, ça n’a pas de prix !

♦ Me faire plus de plaisirs (20%) au quotidien tout en maintenant des aliments sains pour éviter les craquages et de repartir vers une alimentation émotionnelle
Etat de l’objectif : EN COURS puis ABANDONNÉ quand j’ai commencé à prendre du poids à cause de la quantité de mes portions plutôt que de la qualité de mes aliments
Points positifs : J’arrive beaucoup mieux à équilibrer aliments sains et aliments plaisirs aujourd’hui. Je ne me prive plus, j’ajuste juste la quantité.
Influences négatives : Il faut par contre que je reste vigilante car dans mon nouveau travail, on a régulièrement en salle de pause à portée de main tout un tas de nourriture grasse et sucrée en tout genre (bonbons, viennoiseries, chocolat, pâte à tartiner, pâtisseries, et j’en passe) et ce n’est pas évident de rester raisonnable quand je vois mes collègues s’enfiler plusieurs portions de ces lichouseries juste sous mes yeux.
ACTIONS À METTRE EN PLACE :
– M’en tenir une petite portion de lichouseries par jour maximum si jamais il y en a au boulot et que j’en ai vraiment envie, et, s’il n’y en pas, continuer mon petit-chocolat chaud plaisir à l’heure de la pause

♦ Arrêter les fast-foods à emporter de mauvaise qualité autant au niveau santé, économique et écologique, et privilégier des plats cuisinés maison et une fois de temps me faire un burger ou une pizza d’un bon restaurant
Etat de l’objectif : VALIDÉ
Points positifs : En l’espace de deux mois, je n’ai été qu’un soir craqué sur un unique croque-mcdo, pour le reste, j’ai privilégié les restaurants locaux de ma ville.

♦ M’organiser pour ne sauter aucun repas et prévoir des collations avec moi
Etat de l’objectif : VALIDÉ
Points positifs : Cela fait maintenant quelques semaines que j’ai changé mes habitudes de préparation de repas. Avant je préparai mon repas du lendemain la veille au soir, et recommençais la même opération le lendemain soir. Cette lassitude me conduisait à sauter certains soir la préparation de mes repas du lendemain et par conséquent je me retrouvais à n’avoir rien à manger le lendemain midi. Aujourd’hui, j’ai revu ça, et j’ai maintenant pris l’habitude de préparer mes plats à l’avance en plus grosse quantité pour pouvoir les répartir en plusieurs tupperwares et ainsi avoir plusieurs jours d’avances, à récupérer dans mon frigo le matin juste avant de partir au travail. Alors, oui, cela fait que parfois, je mange trois déjeuners de suite le même, mais au niveau personnel, je passe moins de temps dans ma cuisine, et ça c’est un véritable confort.
– J’avoue aussi que le fait d’être passée d’un travail à temps plein à un temps partiel fait que j’ai moins l’impression de passer mon temps à cuisiner pour mon repas du midi au travail.
Ressources :
– Ma motivation personnelle à vouloir prendre soin de mon corps, surtout avec un travail qui me demande un certains niveau d’énergie
– La grosse quantité de tupperware dans laquelle j’ai investi, faciles à nettoyer et à ma disposition pour préparer mes plats à l’avance dès que j’en ai besoin

♦ Prendre le temps de bien mastiquer mes aliments quand je mange mes repas seule chez moi
Etat de l’objectif : QUASI-ATTEINT
Points positifs : C’est une habitude qui n’est pas encore naturelle mais à laquelle je pense à chacun de mes repas et que je mets systématiquement en place.
Ressources : J’ai conscience que cela est meilleur à long terme pour ma santé et mon apparence.
ACTIONS À METTRE EN PLACE :
– À poursuivre
– Mettre un mémo discret dans ma cuisine pour me faire un rappel à chaque repas chez moi


Voilà, vous l’aurez donc compris, il est intéressant de prendre le temps de faire le point sur ses objectifs en cours de route. À partir de cela, on peut voir ceux qui sont déjà accomplis, ceux qui sont à remettre à plus tard, réajuster ceux qui ne nous correspondent pas véritablement ou changer le plan d’action de l’un d’entre eux qui s’est révélé inefficace.

Pour ma part, ce bilan est une véritable satisfaction personnelle car il me permet de constater le chemin que j’ai parcouru. Aujourd’hui, j’arrive de plus en plus facilement à trouver dans mon alimentation l’équilibre entre mes objectifs santé, sportif et esthétique et mon envie de prendre plaisir avec ce que je mange. J’ai conscience qu’il me faudra encore du temps avant que ces habitudes fassent intégralement parti de ma personnalité et oui, il y a encore du chemin à faire et il y aura des échecs, des doutes, des réajustements à prévoir en cours de route. Mais je sais aussi que chaque jour est une petite victoire et un véritable shoot de plaisir, et ça, ça en vaut le coup !

Sur ce, je finis cette première thématique de ce blog, par ces derniers mots. Et maintenant, je vous laisse la parole, dites-moi quels objectifs vous avez-réajusté et pourquoi ?

Je vous embrasse fort, XO, Alex. R.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top